le 01 décembre 2021

Rencontre avec Jean-Noël, castanéiculteur à Bocognano

Foire de la châtaigne de Bucugnà

Comme chaque année depuis 1982, les membres du Foyer rural de Bocognano auraient dû accueillir début décembre tous les gourmands et curieux venus découvrir et déguster les produits artisanaux à base de farine de châtaignes corses, et présentés lors de la “Fiera di a castagna”. 
Les organisateurs vous donnent d'ores et déjà rendez-vous pour fêter la 40e édition en 2022 après une parenthèse deux ans sans foire.

Jean-Noël, castanéiculteur et membre du foyer, accompagné d’Alexandra, animatrice de la foire, nous en disent plus sur cet événement qui a permis l’essor de la production auprès du grand public, et nous font découvrir les particularités de la culture de la châtaigne.

Jean-Noël, la castanéiculture est une activité agricole bien spécifique, pourquoi avoir choisi ce domaine ? Quel a été votre parcours ?

Jean-Noël : “ Pour être tout à fait exact je ne suis pas castanéiculteur à temps plein : je suis encadrant technique du chantier d’insertion à Bocognano, et la castanéiculture fait partie de nos missions. Nous fabriquons de la farine de châtaigne et nous sommes prestataire de services pour le Foyer rural de Bocognano, organisateur et animateur de la foire de la châtaigne. ”

En quoi consiste le métier de castanéiculteur ? Peut-on parler d’héritage familial ou peut-être de tradition ?

Jean-Noël : “ C’est un métier de tradition physique et laborieux, souvent transmis de génération en génération. Un castanéiculteur connaît parfaitement le châtaignier, son bois et son fruit. Il entretient la châtaigneraie et les sols, prend soin de la récolte, du tri et du séchage de chaque châtaigne. Quand il en a besoin, le castanéiculteur passe ensuite sa récolte au moulin pour en faire de la farine.
Nous apprenons à aimer le métier jusqu’à en devenir passionné ! On ne devient pas castanéiculteur pour l’argent, mais pour rendre hommage à la tradition et au plaisir que ce métier nous procure. ”

Quels produits trouve-t-on sur le marché de la châtaigne ?

Jean-Noël : “ Certains producteurs font de la farine de châtaigne, c’est d’ailleurs ce qui est le plus demandé ! Des quelques 300kg écoulés lors de la 1ère édition de l’événement dans les années 80, nous sommes passés à 15 tonnes à la fin des années 2000.
D’autres réalisent plutôt des châtaignes séchées, à consommer en plat ou en en-cas, puis d’autres encore se tournent vers la production de marrons glacés. La châtaigne peut se travailler sous de nombreuses formes en fonction de sa variété. ”

Existe-t-il beaucoup de castanéiculteurs en Corse ? Et peut-être avez-vous créé ensemble un consortium de producteurs de châtaignes ?

Jean-Noël : “ Je ne saurais pas dire combien nous sommes exactement, mais ce qui est sûr c’est que nous sommes plus nombreux que sur le continent où il subsiste seulement quelques producteurs en Ardèche, dans la Drôme et le Gard, mais je ne suis pas sûr qu’ils fabriquent leur propre farine de châtaigne.
Concernant le partenariat avec les autres régions, le village de Bocognano est jumelé avec un petit village italien, Venesca. Ils sont aussi producteurs de châtaignes et organisent une foire annuelle, semblable à la nôtre !
Grâce à ce jumelage, nous avons à cœur de partager nos cultures, notre patrimoine, nos savoir-faire respectifs et notre passion pour la culture de la châtaigne ! ”

Selon nos sources le cynips, cet insecte parasite originaire de Chine, a causé de gros ravages sur les châtaigniers en Corse. Qu’en est-il de la production de cette année ?

Jean-Noël : “ En effet, depuis 2013-2014, nous nous battons contre le cynips : une petite guêpe de 2mm venue tout droit de Chine qui a ravagé nos châtaigneraies, faisant chuter la production agricole de 80% sur le territoire.
Lorsque ces guêpes pondent, les arbres se couvrent de boursouflures et les feuilles et fruits ne peuvent plus se développer correctement.
Depuis cette année-là, des lâchers de Torymus (insectes tueurs de cynips) ont été effectués afin de lutter de manière naturelle contre ce parasite, mais le procédé prend de nombreuses années. Pour la première fois depuis 6 ans, nous avons eu une bonne récolte en 2019. Cette année, les récoltes des producteurs de châtaigne devraient être meilleures que les années précédentes. Les agriculteurs se remettent à cueillir les châtaignes et à les travailler, c’est encourageant pour la suite ! ”

Bonjour Alexandra, vous vous joignez à nous pour parler plus en détail de la Fiera di a castagna à Bocognano. Pourquoi avoir choisi de dédier un événement à la châtaigne ?

Jean-Noël et Alexandra : “ La Foire de la châtaigne est une foire rurale agricole qui existe depuis 39 ans. Initialement, elle avait pour objectif de faire la promotion de la filière castanéicole et de tous les métiers autour de la châtaigne (avec la présence de castanéiculteurs obligatoirement en AOP-AOC Corse). Les années passant, l'événement a pris de l’ampleur et met dorénavant en valeur toutes les productions locales, que ce soit au niveau de l’agriculture, de la culture ou de l’artisanat corses. Vous pourrez y trouver des producteurs d’huile d’olive, de fromage, de charcuterie, de miel, de clémentines, etc.
Chaque producteur dispose de certifications reconnues qui attestent de son savoir-faire, et ce sont eux qui viennent directement présenter leurs produits, il n’y a pas de vendeurs intermédiaires. Côté artisanat, il y a également des potiers, des bijoutiers, des couteliers, des artisans du bois, des libraires, une maison de disque locale, etc. ”

La foire est donc devenue au fil des ans une véritable vitrine des trésors d’agriculture et d’artisanat “made in Corse”, elle a même accueilli des délégations venues de toute l’Europe. 

Jean-Noël et Alexandra : “ Fiera di a castagna dispose d’une notoriété importante qui dépasse les frontières de notre petite île. Malgré cela, entre les nombreuses foires aux alentours, les supermarchés et les ravages causés par le cynips, nous avions en moyenne 10 000 visiteurs en 2018 contre 25 000 il y a une dizaine d’années.
Il faut dire que les producteurs de farine de châtaigne ont beaucoup soufferts du cynips, en 2018 ils étaient seulement 3 à être présents lors de l’événement contre 24 avant 2014. ”

La Méridionale soutient l’activité castanéicole de l’île depuis 8 ans, quel est l’intérêt de ce partenariat pour le Foyer rural de Bocognano ?

Alexandra : ” La Méridionale nous soutient depuis très longtemps, beaucoup plus que 8 ans ! Ce partenariat nous apporte énormément de visibilité, surtout sur le continent. C’est pourquoi il est très avantageux pour nous d’avoir une compagnie maritime à nos côtés. Ils sont présents à la Foire de la châtaigne chaque année et participent à la tombola qui est organisée en offrant des traversées. Si pour nous, la visibilité que nous apporte La Méridionale est très importante, de leur côté, ils ont à cœur de soutenir la foire de la châtaigne et tous les producteurs corses qui s’y rendent depuis 39 ans. ”

Merci Jean-Noël et Alexandra de nous avoir fait découvrir la castanéiculture, et de nous avoir transmis votre passion et votre attachement à cette tradition corse que vous faites découvrir chaque année aux visiteurs de la Foire à la châtaigne de Bocognano.
Cette entrevue nous a clairement mise l’eau à la bouche, nous avons d’ores et déjà une petite idée des dates de notre prochain séjour en Corse !
 

Actualités