Devenir Commandant

Rencontre avec Éric Daumas, Commandant du Kalliste, pour découvrir les facettes d’un métier passionnant
et exigeant.

Au sommet de la hiérarchie des officiers, le Commandant est le chef de l’expédition maritime.
Epaulé par un second et une équipe d’officiers, il est le seul "maître à bord" : chargé de prendre toutes les décisions et d’endosser toutes les responsabilités. Ce poste si convoité qui stimule tant l'imaginaire collectif,
se révèle pourtant très exigeant et requiert des compétences d’exception.
Un métier rigoureux mais passionnant, qu’Éric Daumas, Commandant du Kalliste pour La Méridionale,
partage avec nous.


Quelles sont vos responsabilités en tant que Commandant de navire ?

commandant-passerelle-kalliste

 

 

 

 

 

 

 

 


Éric
: " Je suis responsable de tout : des choix nautiques, de la sécurité du navire et de son équipage, mais également de l’exploitation commerciales relative au transport du fret et des passagers. À la différence de l’aviation, j’ai également sous ma responsabilité la machinerie ainsi que les équipes d’entretien et de maintenance du navire, qu’elles se trouvent à bord ou qu’elles travaillent à terre. J’ai en charge la navigation, j’effectue personnellement toutes les manœuvres portuaires d’appareillage ou d'accostage. J’assure la tenue du cap et prend les décisions en cas d’avaries, d’incidents ou de mauvaises conditions météorologiques.
Bien évidemment, je suis épaulé par des équipages de pont qui se relaient dans un système de quart toutes les 4 heures.
Même si je ne suis pas en permanence sur la passerelle de commandement, je suis constamment disponible pour tous les sujets relevant de ma compétence. "

Pourquoi et comment êtes-vous arrivé à ce poste ?
Éric : " J’ai toujours été attiré par la mer. Depuis tout jeune déjà je rêvais de parcourir le monde sur les mers du globe. C’est donc tout naturellement qu’après le lycée, je suis entré à l’ENSM de Marseille où j’ai fait cinq années d’études avant d’être breveté lieutenant. Pour devenir Commandant, il faut faire ses preuves et cela nécessite de l’expérience. J’ai commencé ma carrière au long cours sur des pétroliers, pour ensuite intégrer La Méridionale en qualité de lieutenant puis d’Officier mécanicien, commissaire de bord, second capitaine, responsable sécurité et environnement, et enfin de Commandant. "

Quelles sont les qualités requises pour être Commandant ?
Éric : " Cela nécessite d’avoir énormément de sang-froid : un Commandant doit savoir prendre les bonnes décisions rapidement, dans des circonstances parfois très anxiogènes. Il doit donc être en mesure de prendre du recul, afin d’analyser chaque situation et y faire face efficacement. Il est également essentiel d’être un bon manager et d’être en confiance réciproque avec son équipage. On ne peut pas se contenter d’être un excellent technicien, il faut aussi savoir gérer l’humain. Un leadership sans faille dans un gant de velours en somme ! "

Pourquoi avoir choisi La Méridionale pour votre carrière de marin ?

manœuvre-passerelle-kalliste

 

 

 

 

 

 

 

 


Éric
: " L’état d’esprit de la compagnie a été déterminant. Ayant fait mes armes dans le secteur du pétrole, les valeurs environnementales, éthiques et humaines portées par la compagnie ont immédiatement fait résonance en moi. La Méridionale est une entreprise à taille humaine, au sein de laquelle les relations de travail sont épanouissantes. Même si l’équipage évolue au fil du temps, nous nous connaissons tous, ce qui instaure un excellent climat de confiance. C’est essentiel quand vous partez pour un mois entier en mer ensemble ! "

Quel(s) plaisir(s) ressentez-vous à exercer ce métier ?
Éric : " Ce métier me fascine par sa variété, chaque jour est différent. Je suis constamment au contact de la nature. Même si je connais la ligne de navigation par cœur entre Marseille et la Corse, la beauté des paysages n’a de cesse de m’étonner et de m'émerveiller. Quelle meilleure façon de commencer la journée que d’observer le lever du jour au-dessus du golfe de Valinco en arrivant à Propriano. La vue est splendide, et le spectacle chaque fois différent. C’est un moment intense que j’apprécie à chaque fois. "

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux marins aspirants à ce poste ?
Éric : " Commandant est un métier de passion, il faut s’investir sans compter et savoir compartimenter sa vie.
Le mois complet que nous passons à bord est intense et, même si nous avons des moments de repos, il y a finalement très peu de place pour la vie privée. Cela peut parfois être très compliqué à gérer pour soi-même, mais également pour les proches. "

Alors, comment faites-vous pour concilier vie professionnelle et vie privée ?
Éric : " Le rythme d’embarquement est régulier : un mois en mer, un mois de repos alternés. Quand je suis en mission, je m’y consacre pleinement, et à l’inverse quand je suis de repos, je lâche-prise et je me rends 100% disponible pour ma famille. C’est un rythme atypique mais qui nous convient. Mon fils, qui a désormais 9 ans, a toujours connu cela et profite pleinement de son papa pendant ce mois de repos, pour mon plus grand plaisir.
Au bout du compte, je passe peut-être plus de temps avec lui qu’un employé de bureau classique qui rentre tard tous les soirs. Il est très fier de son père et rêve de marcher - enfin de naviguer - sur mes traces ! "