Informations et réservations

0 970 83 20 20
Lundi au samedi de 8h à 18h

Actualités

11/06/2019
Portrait de Nathan Secondi

Un jeune prodige corse du VTT enduro


Le parcours de Nathan Secondi en ferait rêver plus d’un : en à peine un an il a rejoint le Championnat du monde de sa discipline : le VTT Enduro. Soutenu par son père Jean-Charles Secondi qui s’occupe de sa préparation physique, 
il concourt dans la catégorie des moins de 21 ans et, si tout se passe bien, devrait rejoindre le circuit professionnel l’an prochain.
Touchée par les valeurs de recherche de l’excellence, du goût de l’effort et de rigueur de ce jeune insulaire,
La Méridionale accompagne Nathan dans tous ses déplacements depuis ses débuts il y a 4 ans.
Jean-Charles Secondi a accepté de se prêter au jeu de l’interview pour nous dévoiler le quotidien atypique de son fils, jeune sportif de haut niveau dans une discipline encore peu connue du grand public.

Nathan pratique une discipline particulière du VTT : l’Enduro. Pouvez-vous nous en dire plus au sujet de ce sport encore méconnu ?
Jean-Charles : " L’Enduro VTT est un mélange de plusieurs disciplines : on y retrouve des éléments du VTT de descente et du cross-country. Les épreuves sont similaires à celles d’un rallye automobile avec des zones de liaisons et des zones chronométrées qui s’appellent des épreuves spéciales. Au cours d’une journée de compétition, les participants s’affrontent sur 4 à 6 épreuves spéciales. Il s’agit d’une pratique récente, ce qui explique qu’elle soit encore peu connue du grand public, d’ailleurs le circuit mondial a été créé seulement en 2014.  "

Depuis 4 ans maintenant, Nathan participe au championnat du Monde de VTT Enduro. Comment est venue sa passion pour cette discipline ?
Jean-Charles : " Nathan fait du vélo depuis tout petit en loisirs, mais il n’avait jamais pratiqué en club ou fait de compétition. C’est seulement à l’âge de 14 ans qu’il a découvert le VTT et plus particulièrement l’Enduro grâce à une compétition qui avait lieu près de Propriano où nous habitons. Il a tout de suite eu le coup de cœur pour cette discipline. C’était juste avant Noël et nous avons décidé de lui offrir un vélo d’enduro. Cela fait maintenant 5 ans qu’il fait du VTT, il a tout d’abord fait un an sur le circuit national au cours duquel il a été champion de France cadet.
Cela lui a permis d’intégrer dès l’année suivante le circuit mondial auquel il concourt depuis 4 ans maintenant en U21 (moins de 21 ans). Il espère rejoindre le circuit professionnel l’année prochaine. "

Participer à des épreuves mondiales demande beaucoup de préparation. Comment arrivez-vous à aménager son temps entre l’Enduro et les études ?
Jean-Charles : " En parallèle de sa carrière de sportif, Nathan suit une licence STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) à l’université de Font-Romeu. Son statut de sportif de haut niveau lui permet d’avoir un emploi du temps aménagé, bien que cela représente tout de même 15h à 20h de cours par semaine.
Ses entraînements ont lieu chaque jour pendant environ 4h et sont constitués d’une heure de préparation physique et de 3 heures de technique avec analyse d’un parcours d’Enduro. Concilier performance sportive, vie privée épanouie et réussite dans les études nécessite un savant équilibre qui me tient particulièrement à cœur. "

À discipline atypique, entraînement atypique ! En quoi consiste la préparation physique d’un sportif de haut niveau spécialisé en VTT Enduro ?
Jean-Charles : " L’Enduro est une discipline qui demande de nombreuses qualités physiques : l’endurance, la vitesse, la force et la puissance. Et contrairement à d’autres sports, elle nécessite une préparation très différente entre le haut et le bas du corps, car durant les épreuves spéciales le haut est statique alors que le bas est actif. En tant que coach, je prépare ses différents entraînements physiques hebdomadaires (musculation, cardio) en prenant en compte tous ces éléments dans sa préparation. »

Nathan a fait ses premiers pas en VTT Enduro en Corse. Le fait de vivre dans cette région montagneuse a-t-il été une force pour l’évolution très rapide de Nathan en tant que sportif de haut niveau ?
Jean-Charles : " La Corse est un territoire qui correspond particulièrement à la discipline de l’Enduro. Pour les épreuves spéciales, les circuits se tiennent sur des chemins de randonnée pédestre avec beaucoup de dénivelé,
ce qui coïncide parfaitement à la typologie des sentiers corses. Grâce à cela, Nathan et les autres pilotes insulaires ont en effet développé un avantage par rapport à d’autres concurrents. Cependant, sur le circuit mondial les courses ont parfois lieu sur des terrains très différents. En Corse, nous avons par exemple très peu de zones grasses (boueuses), ils n’ont donc plus cet avantage sur les épreuves qui se déroulent en Tasmanie et en Nouvelle-Zélande. "

Les spots préférés d’entraînement en Corse de Nathan :
" Pour moi, le meilleur endroit pour pratiquer du VTT loisir en Corse est le Bike Park de Bavella.
Après, pour rester accessible à tous je recommande la forêt de Coti.
J’apprécie également le golfe du Valinco d’où je suis originaire et ses nombreux endroits pour faire du VTT
. "


Nathan fait figure de jeune prodige du VTT Enduro. Quels sont les prochains temps forts de l’année pour sa carrière ?
Jean-Charles : " Nathan suit le circuit mondial d’Enduro, l’Enduro World Series et nous espérons cette année pouvoir décrocher le titre mondial. Pour le moment, il est à la troisième place du classement provisoire, mais tout peut encore changer puisque seules les 5 meilleures épreuves sur les 8 effectuées sont prises en compte pour le titre.
Les compétitions ont lieu sur 4 jours, avec 2 jours de reconnaissance et 2 jours de compétition.
Actuellement, nous en sommes à la phase des sélections européennes, la prochaine compétition de Nathan aura lieu à Madère le 12 mai. Il effectuera ensuite les épreuves en Italie et en France aux Orres du 6 au 7 juillet. Puis auront lieu une épreuve au Canada et une aux États-Unis, et enfin l’épreuve finale se tiendra en Suisse à Zermatt le 21 septembre prochain.


Les coups de coeur de Nathan, en dehors de la Corse :
" Parmi tous les endroits que j’ai pu découvrir à travers le monde grâce au vélo,
mon préféré est la Colombie-Britannique au Canada, réputé pour être la Mecque du VTT.
J’aime également beaucoup l’île de Madère, qui reste pour moi un des plus beaux endroits pour faire de l’Enduro
. "


Cela fait maintenant 4 ans que La Méridionale soutient Nathan. Qu’est-ce qui a motivé cette association ?
Jean-Charles : " Ce partenariat s’est fait très naturellement. Nous avons beaucoup utilisé les navires
de La Méridionale afin de nous rendre sur le continent et d’accompagner Nathan lors des épreuves nationales puis internationales. Cela nous a semblé une évidence de leur proposer de soutenir la carrière sportive de Nathan.
Nous sommes partenaires depuis 4 ans et nous en sommes pleinement satisfaits. "


Les conseils de Nathan :
" Aujourd’hui grâce à La Méridionale et à mes autres partenaires, j’ai la chance de pouvoir réaliser mon rêve :
participer aux Enduro World Series et parcourir le monde.
Si je peux donner un conseil aux jeunes sportifs,
ce serait de croire en ses rêves et donner son maximum pour les réaliser
. "


Quels sont vos objectifs pour les années à venir ?
Jean-Charles : " C’est sa dernière année en U21, il espère pouvoir rejoindre l’année prochaine le circuit professionnel composé de 30 pilotes. Pour cela, il faut qu’il puisse rejoindre une des équipes du circuit. Chacune est constituée de 6 à 7 pilotes professionnels sponsorisés par une marque. Les performances de cette année seront déterminantes pour qu’il soit sélectionné et puisse intégrer une de ces équipes. "

Une rencontre marquante animée par une passion commune entre un père et un fils.
Merci Jean-Charles pour cet entretien et merci également Nathan pour vos conseils. Bonne chance à vous deux
pour la suite de la compétition, nous suivrons de près les exploits de Nathan au Championnat du monde !

Retour à la liste des actualités