Informations et réservations

0 970 83 20 20
Lundi au samedi de 8h à 18h

Actualités

05/07/2019
Mission CorSeaCare 2019

L'expédition scientifique et environnementale de l'été !


trimarans-CorSeaCare

 

 

 

 

 

L’association Mare Vivu organise un périple de 1 000 km en kayak pour sensibiliser le grand public à la préservation de la biodiversité marine.

Dans quelques jours, les volontaires de Mare Vivu partiront pour un tour de Corse avec une double mission : collecter des données scientifiques et sensibiliser le public à l’environnement.
"Agir pour ne plus subir", tel est le mantra de cette jeune association plusieurs fois récompensée pour ses actions en faveur de l’environnement. Rencontre avec Pierre-Ange Giudicelli, l’un des deux fondateurs.

Bonjour Pierre-Ange, peux-tu te présenter ainsi que l’association Mare Vivu en quelques mots ?
Pierre-Ange Giudicelli : " J’ai 27 ans et je travaille au Parc Naturel Marin du Cap Corse et de l’Agriate, où je fais de l’éducation à l’environnement après avoir suivi des études d’archéologie sous-marine. J’ai fondé l’association Mare Vivu en 2016 avec mon cousin Anthony-Louis Fusella, qui est l’actuel président.
Nous sommes tous bénévoles et la majorité des membres de l’équipe sont étudiants. Mais on s’ouvre de plus en plus à l’intergénérationnel, notamment en soutenant le projet Corsicatlantic Challenge, mené par des quinquagénaires. "

Pourquoi avoir décidé de fonder l’association Mare Vivu il y a 3 ans ?
Pierre-Ange Giudicelli : " L’association repose sur trois piliers : informer, fédérer et encourager. Nous avons constaté que bien que l’on soit assailli d’informations sur la pollution, le tri, etc, il est compliqué d’amorcer un changement de comportement. Anthony-Louis et moi-même avons tous deux suivi un cursus scientifique, et pour monter notre projet, nous sommes partis de ce qu’on aimait : le sport et l’aventure. On a pris un trimaran et on s’est lancé dans un tour de Corse avec l’idée de collecter des données.
Nous avons contacté des chercheurs qui nous ont aidés, notamment au niveau du matériel nous permettant de récolter des données. "

De quels types de données s’agit-il ?
Pierre-Ange Giudicelli : " Nous suivons plusieurs protocoles : nous faisons du comptage et de la caractérisation des déchets plastiques que nous transmettons à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer). Nous assurons également le suivi bio-acoustique des cétacés et de la pollution sonore pour le CNRS, ainsi que du recensement d'espèces. En ce moment, nous travaillons aussi avec Surfrider Foundation Europe et l’Agence de l’eau sur le dépistage d’une microalgue toxique. En résumé : nous sommes des sentinelles du monde aquatique ! "

En parallèle de la mission de collecte de données de Mare Vivu, vous avez également monté la mission CorSeaCare devenue le fer de lance de l’association : une aventure de 1 000 km en kayak au service de la mer et de la biodiversité en Corse et en Méditerranée. Peux-tu nous parler de ce projet un peu fou ?
Pierre-Ange Giudicelli : " CorSeaCare est une opération de collecte de données et de sensibilisation du public que nous menons chaque été pendant un mois depuis 4 ans. L’équipe est composée de bénévoles recrutés en fonction de leurs compétences et de leur personnalité. Nous avons besoin de profils complémentaires pour faire de la collecte de données, de la sensibilisation à l’environnement, mais aussi de l’image et de la communication. Il faut également être aventureux et courageux car la mission est physique : nous naviguons en kayak en plein cagnard pendant des heures, puis quand nous accostons, il faut organiser l’opération de nettoyage de plage, des animations et des jeux sportifs. Le soir, il y a généralement une projection de film et une conférence avant de rejoindre notre bivouac pour une nuit de repos méritée. "

Comment se présente la mission CorSeaCare cette année ?
Pierre-Ange Giudicelli : " Nous avons recruté 8 équipiers âgés de 22 à 29 ans, dont la moitié est corse. Nous en avons même une personne de Liverpool cette année. Le but de la mission est aussi de permettre l’échange avec d’autres jeunes pendant un mois pour cultiver une ouverture d’esprit. Nous partons dans quelques jours avec trois trimarans, le bateau à rames de Corsicatlantic Challenge et trois voiliers, dont le Kraken, le navire école de l’association Wings of the ocean qui assure aussi des opérations de dépollution et des missions scientifiques. Le but est de répandre un message par la mer et de présenter des solutions. "

À quel type de public vous adressez-vous lors des opérations de sensibilisation ?
Pierre-Ange Giudicelli : " Nous nous adressons à tout le monde, même si nous travaillons beaucoup avec les centres de loisirs. Les films que nous projetons s’adressent au grand public. Nous essayons le plus possible d’organiser des séances en plein air sur la plage. "

Après avoir reçu le prix Biodiversité du Plan Climat décerné par le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot en 2018, l’association est lauréate de BeMed, une initiative qui lutte contre la pollution plastique en Méditerranée. Quelles actions concrètes comptez-vous mener dans le cadre de ce nouveau soutien ?
Pierre-Ange Giudicelli : " BeMed est un consortium de fondations qui nous apporte un soutien financier. Cela nous a permis d’acheter un troisième trimaran et de contribuer aux frais de fonctionnement de l’association. "

La Méridionale vous soutient depuis 2018. Quel est le sens de ce partenariat ?
Pierre-Ange Giudicelli : " Nous avons choisi de ne pas demander de subventions et fonctionnons grâce à des partenariats privés et aux dons des fondations. Nous avons choisi La Méridionale car nous partageons les mêmes convictions environnementales. La compagnie a engagé plusieurs actions en faveur de l’environnement comme la réduction du plastique à bord, l’électrification des quais à Marseille, le traitement des eaux de ballast, le signalement des cétacés...
La Méridionale fait aussi de la sensibilisation à l’environnement auprès de ses employés à travers des opérations de nettoyage de plage, ainsi qu’auprès des passagers via des campagnes de sensibilisation diffusées à bord des navires.
Grâce à cela, elle tire vers le haut les autres compagnies maritimes. "

Quels sont les futurs projets de l’association Mare Vivu ?
Pierre-Ange Giudicelli : " Nous souhaitons agrandir la flotte pour pouvoir organiser des expéditions au large sur des goélettes et allier apprentissage de la navigation et sensibilisation à l’environnement. "

La Méridionale est fière de parrainer pour une nouvelle édition la mission CorSeaCare 2019. Cet été, retrouvez Pierre-Ange et toute l’équipe de bénévoles le long du littoral corse pour participer aux nombreuses animations qu’ils ont concocté pour vous et vos enfants : ateliers ludiques de sensibilisation à l’environnement, nettoyage des plages, projections de films...Suivez le programme et les étapes de la mission sur leur page Facebook.

Retour à la liste des actualités