Informations et réservations

0 970 83 20 20
Lundi au samedi de 8h à 18h

Actualités

17/01/2019
La Connexion Electrique A Quai (CENAQ)

Une innovation de La Méridionale pour une exploitation plus responsable.


cenaq-potence-marseille-girolata

 

 

 

 

 

Fortement engagée dans une démarche de développement durable, La Méridionale utilise depuis 2015
une solution de Connexion Électrique des Navires à Quai (CENAQ) sur le port de Marseille pour réduire
son impact environnemental lors des escales de sa flotte. Nicolas Prébot, Chef mécanicien à bord du Girolata, nous présente cette technologie novatrice, de l’idée à sa réalisation.

Bonjour Chef, quel est votre parcours et quelles sont vos responsabilités au sein de La Méridionale ?
Nicolas : " Bonjour, je suis diplômé de l’École Nationale Supérieure Maritime (ENSM) de Marseille,
et je suis dans la marine marchande depuis 2004. J’ai intégré La Méridionale comme Lieutenant,
puis j’ai occupé plusieurs postes sur chacun des trois navires de la compagnie, ainsi qu’à terre, et il y a un an,
j’ai  été nommé Chef mécanicien sur le Girolata.
Je suis l’officier responsable du fonctionnement mais également de la maintenance de tous les éléments techniques à bord comme, par exemple, les systèmes de propulsion (moteurs), les installations électriques
et hydrauliques, la climatisation, etc. J’ai sous mes ordres une trentaine d’hommes à bord, ainsi qu’une équipe d’intervention et d’entretien du navire à terre. Je gère également les relations avec les entreprises sous-traitantes auxquelles nous faisons appel pour certaines tâches techniques. "

Pourquoi avoir choisi le branchement électrique à quai ?
Nicolas : " Ce n’est pas forcément visible pour le grand public mais, à quai, nos navires nécessitent de l’énergie pour fonctionner. En effet, pendant les escales de 12 heures nous devons alimenter de nombreux appareils électriques comme les frigos, les moteurs, la climatisation, les lumières... Jusqu’à présent, des groupes électrogènes fonctionnant au Diesel Oil assuraient cette production d'énergie. Ceci générait des rejets polluants et également des nuisances sonores pour les riverains du port de Marseille, ainsi que des conditions de travail dégradées pour nos équipes d’entretien. De plus, les opérations de maintenance de certains organes comme les moteurs (en fonctionnement constant) s'avéraient complexes.
C’est donc dans le but de réduire notre empreinte environnementale et de supprimer les désagréments que nous avons réfléchi à une solution qui permettrait de brancher nos navires au réseau électrique haute tension du port. "

Comment fonctionne CENAQ ? À quelles difficultés avez-vous été confrontés ?
Nicolas : " Ce projet nous a pris beaucoup de temps car il représente une véritable innovation en Europe.
Si des systèmes similaires existent dans le monde, ils sont encore rarement mis en œuvre. Il ne suffit pas seulement de tirer un câble et de brancher une prise ! Nous avions ainsi beaucoup de défis à relever.
En premier lieu, le réseau électrique à bord et celui d’EDF ne sont pas en phase, il a fallu concevoir un automate pour gérer cette synchronisation. Ce dernier nous a demandé énormément de travail en Recherche et Développement car ce concept est tout à fait nouveau dans le domaine maritime. À terre, EDF a entrepris des travaux de gros œuvre pour alimenter les trois quais nécessaires. Il a fallu ensuite installer et sécuriser des transformateurs pour convertir les 11 000 volts fournis par EDF courant électrique exploitable à bord. Nous avons également entrepris des travaux de modifications de nos navires avec la création d'une porte d'accès extérieur pour le passage du câble d'alimentation et la construction d'une cellule de connexion sécurisée à l'intérieur du garage des navires. Enfin pour chaque quai alimenté, une potence télécommandée a été installée pour permettre la connexion en toute sécurité avec le navire.
Nous sommes la seule compagnie maritime à brancher nos navires électriquement à quai et malgré tous ces défis, aujourd’hui la procédure est ultra-simple. Concrètement, nos électriciens habilités ouvrent la porte du bateau, apportent le câble par le biais de la potence et le branchent sur la prise dans le local dédié et sécurisé à bord.
Une fois la porte de ce local refermée, ils mettent sous tension et le bateau est alimenté. "

Quels sont les bénéfices de cette technologie ?
Nicolas : " L’ensemble du personnel de La Méridionale est très attaché à l’environnement, cela fait partie de l’ADN de la compagnie et c’est un sujet de motivation supplémentaire pour les membres de nos équipes que de travailler sur une technologie innovante en lien avec nos valeurs. Chacun a ainsi pu enrichir ses compétences (habilitation haute tension, mise en service de l’automate). Ils sont désormais les premiers ambassadeurs pour une exploitation plus responsable. Ils sont également devenus force de proposition pour d’autres projets qui permettront de diminuer encore notre impact environnemental !
Lors de nos escales à Marseille nous avons supprimé les émissions polluantes, mais aussi les désagréments tels que bruit et vibrations produits par les moteurs. Désormais éteints, les moteurs sont plus faciles à entretenir, et les opérations techniques de maintenance préventives ou correctives sont facilitées et les conditions de travail à bord améliorées. "

Le déploiement de cette technologie  est-elle envisagée en Corse ?
Nicolas : " Oui, cependant l'infrastructure du réseau électrique en Corse ne répond pas aux exigences  d'origine (centrale diesel) et de puissance nécessaires pour alimenter nos navires. Le système CENAQ n’est donc pas transposable en l’état car il n’y a aucun intérêt environnemental.
En conséquence, nous avons donc recherché et trouvé une solution alternative permettant de produire une électricité "propre" à partir de Gaz Naturel Liquéfié (GNL). Nous en avons fait la démonstration avec succès à Ajaccio en septembre 2018. Il appartient maintenant aux autorités et administrations locales de se mobiliser pour pérenniser cette solution en Corse. "

De quelle autre manière La Méridionale s’engage-t-elle vers une activité plus responsable au quotidien ?
Nicolas : " Nous sommes la seule compagnie maritime à brancher nos bateaux électriquement à quais.
Nous sommes précurseurs dans ce domaine, et nous espérons insuffler cette philosophie plus responsable
dans notre secteur d’activité.
Nous agissons depuis de nombreuses années dans le domaine de la réduction de notre impact environnemental, tout en cherchant constamment à améliorer le confort de nos passagers.
Dernièrement, nous avons notamment mené un projet relatif à l’optimisation du dessin des hélices pour un meilleur rendement et par conséquent une consommation en énergie fossile réduite : En conservant une allure stable, nous consommons désormais beaucoup moins de combustibles.
Comme je l’ai déjà évoqué, nos équipes sont animées d’une forte conscience écologique, ce qui nous pousse à innover en permanence à partir d’idées toutes simples, qui méritent d’être mises en œuvre rapidement. "

Retour à la liste des actualités

Rocket Fuel

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de vous garantir une meilleure expérience et d'analyser notre trafic. En savoir plus