Informations et réservations

0 970 83 20 20
Lundi au samedi de 8h à 18h

Actualités

05/01/2016
La Meridionale s'implique pour proteger les cetaces

La Méridionale a observé plus de 500 cétacés en Méditerranée depuis 2011


protection-cétacés

 

 

 

 

 
La Méridionale est la première compagnie à avoir équipé l’ensemble de sa flotte du système REPCET
qui permet de repérer les cétacés en temps réel. Objectifs : réduire les risques de collisions
avec ces géants des mers, assurer la protection des passagers et la sécurité à bord des ferrys desservant
la Corse.

La scène se répète chaque semaine. Sur la passerelle de l’un des ferrys de La Méridionale, un matelot aperçoit un
cétacé aux jumelles. Il identifie l’espèce et transmet aussitôt sa position à l’officier de quart.
De précieuses informations intégrées dans le système informatisé REPCET*, qui enregistre la position de l’animal
et définit une zone de risque autour de lui. Celle-ci est diffusée à l’ensemble des navires abonnés, limitant ainsi les risques de collision avec les mammifères marins sur les routes de navigation.

« Détection des cétacés de Méditerranée : le système anticollision REPCET dans le journal 20minutes »

Observation de baleines et dauphins en Méditerranée
Entre 2011 et 2014, la compagnie a observé 438 grands et petits cétacés : dauphins, baleines, globicéphales, rorquals, etc. En comptant les 79 observés entre janvier et juillet 2015, elle passe la barre symbolique des 500 détections, à 517 exactement.
« La Méridionale,  c’est notre meilleur ambassadeur pour REPCET ! », souligne Pascal Mayol, à l’origine
du système. Souffleurs d’Ecume, l’association qu’il a fondée, œuvre à la protection des cétacés en Méditerranée depuis 15 ans. Dans son rapport annuel de 2013, La Méridionale ressort comme principal contributeur de REPCET, à égalité avec le CROSS MED, chacun cumulant 45% des observations.
À La Méridionale, 88 officiers et matelots de quart ont été formés à la détection des seigneurs des mers.
Un enseignement assuré à l’Ecole Nationale Supérieure Maritime de Marseille par les membres de Souffleurs d’Ecume. Avec le Commandant Frédéric Capoulade, « nous avons imaginé une solution en 2001 et il a fallu attendre 2007 pour la développer », indique Pascal Mayol.  Depuis, REPCET, conçu par la société varoise
Chrisar Software Technologies, a été déployé dans le Sanctuaire Pelagos, un espace maritime protégé de plus
de 87.000 km2.
La Méridionale s’est engagée très tôt dans la protection des cétacés de Méditerranée. Isabelle Renaud, Responsable QSSE**, rappelle : « En 2005, la compagnie intègre le groupe de travail sur les activités humaines lancé par le Sanctuaire Pelagos, et en 2006 elle bénéficie des premières formations de détection des espèces ». Matelots et officiers apprennent notamment à observer les baleines en Méditerranée.
En 2009, elle installe un prototype sur le Scandola pour une phase de test. En deux ans, le navire reçoit 131 alertes et en envoie 12. « Après cet essai concluant, La Méridionale est la première compagnie, en 2011, à équiper l’ensemble de sa flotte du système de détection, se réjouit la garante de la sécurité à bord des ferrys qui assurent les liaisons Corse-Continent. Elle ajoute qu’en 2013, « la Délégation de service public de continuité territoriale
rend ce dispositif obligatoire pour tous les navires effectuant la traversée vers la Corse. »

D’autres pistes pour protéger les cétacés en Méditerranée
L’armateur ne cesse de s’investir dans la protection des cétacés qui vivent en Méditerranée.
Il participe aux réunions du Sanctuaire, établit un indicateur environnemental présenté chaque mois au comité exécutif et propose des pistes pour améliorer l’observation des baleines en Méditerranée, notamment la nuit :
« La majorité des collisions ont lieu la nuit, explique Pascal Mayol, il est donc nécessaire d’utiliser
plusieurs dispositifs, comme l’infra rouge, le laser pulsé ou l’amplificateur de lumière. ». De son côté,
Isabelle Renaud promeut la veille automatique, l’utilisation de sonars actifs ou passifs, l’émission acoustique répulsive, l’élaboration de cartes de zones à risque…
L’objectif est également d’étendre REPCET au-delà des frontières de Pelagos et d’améliorer le réseau. « Il s’agit d’un système collaboratif, il faut donc de plus en plus de participants pour que le système soit réellement efficace, insiste Isabelle Renaud ». Et selon Pascal Mayol, « une trentaine de navires est nécessaire ».
Un enjeu de taille pour le réseau. Et les participants peuvent déjà se réjouir : aucune collision n’a été signalée sur des navires dont les équipes ont sensibilisées au repérage des cétacés. La Méridionale vous l’assure : sécurité maximale à bord des ferrys en direction de la Corse !

Consultez tous nos engagements en termes de sûreté et sécurité sur nos ferrys qui desservent la Corse.


Pour en savoir plus sur les cétacés
:

 

*Real time Plotting of CETaceans
** QSSE : Qualité Sécurité Sûreté Environnement

Retour à la liste des actualités

Rocket Fuel