Informations et réservations

0 970 83 20 20
Lundi au samedi de 8h à 18h

Actualités

11/02/2019
a l'ascension du Tour de la provence avec la meridionale

Interview de Maxime Bouet de l'équipe Arkea-Samsic


maxime-bouet © team-arkea-samsic

 

 

 

 


Le parcours de cette année, à travers les routes et massifs de Provence, s’annonce sélectif  avec un départ aux Saintes-Maries-de-la-Mer pour le prologue contre la montre, tandis que l’étape  finale se disputera entre Avignon et Aix-en-Provence.
Un Tour de La Provence que les équipes de La Méridionale ne manqueront pas de suivre avec intérêt, partageant pleinement les valeurs fondamentales de ce sport : humilité, esprit d’équipe et abnégation. La compagnie maritime récompensera le meilleur grimpeur de cette course cycliste à travers les routes de Provence.
À cette occasion, nous sommes allés à la rencontre de Maxime Bouet, coureur professionnel de talent, qui connaît bien ce parcours puisqu’il s'entraîne dans la région.

Maxime, pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours en tant que coureur cycliste professionnel ?

Maxime : " J’entame ma douzième saison en tant que professionnel et je viens de renouveler mon engagement pour les deux prochaines années au sein de l’équipe Arkéa-Samsic (anciennement Fortuneo-Samsic). Au cours de ma carrière, j’ai successivement porté les maillots des équipes Agritubel, AG2R La Mondiale, Quickstep, Arkéa-Samsic. Je compte près de sept victoires chez les pros, et plusieurs classements dans le top 10. J’ai roulé sur les plus grandes boucles du monde comme le Tour d’Italie (deux participations), le Tour d’Espagne (une participation) ou encore sept fois le Tour de France. J’ai également fait partie de l’équipe de France lors des championnats d’Europe et du monde. "

Quel est votre rôle au sein de l’équipe Arkéa-Samsic et plus particulièrement pour ce Tour de la Provence ?

Maxime : " Warren Barguil est le leader naturel de mon équipe et même si parfois j’ai des objectifs de classement général, j’endosse plutôt un rôle de super équipier. Je suis le seul coureur de l’équipe à avoir la chance d’habiter dans la région marseillaise. Dans le cyclisme, malgré quelques stages communs, nous nous entraînons très souvent seuls. Les routes de Provence sont donc mon terrain de jeux et cela est un atout certain pour cette compétition. Mon expérience et ma connaissance des subtilités du parcours vont nous permettre d’adapter les stratégies en fonction des conditions météo. Particulièrement en cas de grand vent, comme cela peut parfois arriver sur l’étape qui reliera Avignon à Aix-en-Provence. "

Quel est votre état de forme après le Grand Prix de La Marseillaise disputé le week-end dernier ?

Maxime : " La Marseillaise était le tout premier rendez-vous de la saison pour les professionnels. Pour des raisons météorologiques, le parcours a été tronqué et ma résistance n’a pas pu être totalement évaluée. En conséquence, c’est encore assez flou mais je me sens en bonne forme pour le moment. "

Provençal d’adoption, comment vous êtes-vous préparé pour cette nouvelle compétition ?

Maxime : " Je suis en effet originaire de l’Ain. J’ai eu la chance de rencontrer ma femme lorsque j’étais encore jeune amateur dans le club de la Pomme de Marseille. Je suis arrivé dans la région pour le sport et j’y suis resté par amour. Le temps est particulièrement clément ici et c’est un atout considérable que de pouvoir s'entraîner quasiment toute l’année sur la route des crêtes, la côte du Brûlat ou encore dans les massifs provençaux. "

Le classement du meilleur grimpeur "La Méridionale" fait-il partie de votre objectif ?

Maxime : " De la première seconde du contre la montre du tour de La Provence jusqu’aux derniers tours de roues, je viserai le top 5 du classement général. Même si ce n’est pas mon objectif prioritaire les ascensions étant principalement à la fin des parcours, le classement de la montagne représenterait un challenge bonus ! "

Quelle est la suite de votre programme pour cette nouvelle saison qui démarre ?

Maxime : " Je vais prochainement disputer le tour du Haut-Var, puis une classique Drôme-Ardèche et une course près de Liège. Mon équipe est constituée de vingt et un coureurs, dont seulement sept se verront offrir l’opportunité de défendre leurs chances pour le prochain Paris-Nice. J’espère bien être parmi les sélectionnés ! Nous attendons encore l’invitation pour le Tour de France mais, là encore, ma participation dépendra de notre sélection interne. "

Merci Maxime pour cet entretien, bonne chance pour ce Tour de La Provence, et que le meilleur gagne !

Crédit photo : Arkea-Samsic

Retour à la liste des actualités

Rocket Fuel